(Veste) #2 My name is Roger…

(c) LouiseD - Intre Trench Roger République du chiffonBonjour à toutes et à tous,

Et si on reparlait un peu de couture sur ce blog ? Je me rends compte qu’avec mes multiples activités dans tous les sens (tricot, vidéos, collection capsule, inventaire, bloganniversaire), cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé d’une réalisation couture (et comme j’ai pris beaucoup de retard dans ma saga chemises, hum hum…) ! Il est plus que temps de remédier à cela.

Aujourd’hui, je vais donc vous parler d’un modèle dont je vous ai abondamment parlé (dans mes deux vidéos !), que j’ai ADORÉ réaliser, un modèle ABSOLUMENT indispensable dans toute garde-robe féminine (enfin, à mon avis, hein !), une réalisation dont je suis vraiment MÉGA FIÈRE : le trench Roger de République du chiffon.

Âmes sensibles aux commentaires dithyrambiques, passez votre chemin : ici, il ne sera question que de louanges et compliments sur ce patron en passe de devenir l’un de mes patrons chouchou et valeur sûre (définition du concept de PVS ici). Il y a quand même des petites pétouilles dans les explications et sur la planche de patron que je ne manquerais pas de signaler à la créatrice : j’y reviens plus bas (dans la partie « Réalisation »).

Roger (le prénom de l’un de mes grands-pères by the way… et celui de l’un de mes James préférés ever 😉 avec Sean bien sûr), c’est donc le trench de la collection de pochettes République du chiffon paru l’automne dernier. Un modèle sur lequel j’ai immédiatement flashé quand Géraldine, la créatrice de république du chiffon, a présenté sa nouvelle collection automne-hiver. Ni une ni deux, en quelques clics, le patron était commandé. Mais tout comme ma version de Michelle, il m’a fallu un certain temps pour mûrir ma réalisation et m’y coller. Presque 6 mois… Tout ça pour refaire exactement la même version que le modèle de présentation ou presque ! Même tissu, même forme de col. Quelques détails changent, quand même (!) : les boutons (et encore, ils sont quand même très proches…), la doublure pas tout à fait de la même couleur (hum hum), les poches (que j’ai rajoutées, ma seule marque d’originalité. Ouf, l’honneur est sauf !).

Tout ça pour ça, me direz-vous… Oui, mais il me fallait absolument ce trench en gabardine sable.

coupe, modèle(c) LouiseD Trench roger collage 1Flashback : printemps 2001, Bordeaux, période étudiante fashion addict et tendance ultra-consumériste. Je me trouve devant la boutique Comptoir des Cotonniers. Dans la vitrine, un trench sable (vous vous souvenez quand Comptoir proposait chaque saison des trenchs dans toutes les couleurs ?), magnifique. Il est beau, majestueux, mais cher, très cher, trop cher pour mon petit budget d’étudiante. Mais je ne peux pas résister : je rentre, je l’essaie, il est parfait, je sors ma CB (merci les découverts autorisés, le pire truc du monde pour des gens comme moi), je compose mon code (je me souviens même de l’avoir acheté en francs – 700 FR, ce qui semblait une somme astronomique à l’époque) et je repars avec l’objet de ma convoitise. J’ai été à découvert quelques temps, j’ai sûrement mangé plus de pâtes que de coutume, mais rien à battre (expression de l’époque, hein ?),  j’avais mon trench sable.

(c) LouiseD Trench Roger05Ce trench, je l’ai porté 10 ans, je l’ai encore, mais je ne peux plus du tout le mettre. A force de le laver, il s’est « rétracté », il est devenu trop petit. Déjà qu’il taillait petit. La doublure s’est liquéfiée. J’ai égaré une sangle de la manche. Il a perdu de sa superbe mais je l’aime toujours profondément. Il représente toute cette époque où chaque fois que je le mettais (presque tous les jours pendant quelques années !), je me sentais élégante, « grande », avec du style (lisez « staïïïlle »). Et ce même si on me disait que je ressemblais à l’inspecteur Gadget (sympa ;)) ou à un exhibitionniste (beaucoup moins sympa 😦 )

En tout cas, sa coupe était parfaite, sa couleur était parfaite et il me fallait absolument lui trouver un remplaçant parfait. Plusieurs années, j’ai cherché, mais aucun trench n’arrivait à la cheville de mon Comptoir. Alors autant vous dire que quand j’ai vu Roger, j’ai su : devant mes yeux écarquillés, son remplaçant était là. Enfin. Sa coupe est certes beaucoup plus simple, mais plus moderne aussi. Et cette gabardine sable… et ce petit col… Il ne m’en fallait pas plus pour fondre.

Pour lui faire honneur, je l’ai sélectionné comme pièce phare de ma collection capsule Printemps 2015 : « Horizon breton ». Quand je m’y suis (enfin) collé, quel plaisir en faisant une toile en 42 de constater qu’il tombait parfaitement. Aucune modification à faire, je répète : aucune modification à faire ! Et ça j’aime vraiment trop quand ça arrive.

Les points positifs de Roger :

  • Les emmanchures sont juste bien dimensionnées pour porter ce trench avec un pull un peu épais en dessous (ça marche avec mon Cosy (Me) !) ou simplement avec une chemise fine : je n’ai ni l’impression d’être étriquée (dans le premier cas), ni de me perdre dedans (dans le deuxième cas).
  • Les épaules sont à peine tombantes (moins que Michelle, j’ai l’impression), juste ce qu’il faut pour ne pas trop accentuer mes épaules carrées (et te donner une allure de joueur de football américain… ce que je pourrais reprocher à Michelle).
  • Pas de pinces poitrine, certes, mais cela n’est pas tellement dérangeant dans ce cas et sa forme rectangulaire matche finalement relativement bien avec ma silhouette à la taille fine mais aux hanches bien (trop) présentes (qu’il est gentil Roger de cacher mon popotin), même porté fermé.
  • Sa longueur 3/4 ni trop longue ni trop courte vient donner de l’élan à la silhouette.
  • Ses deux variations de cols, de poches et de surpiqûres de la patte de boutonnage (arrondi, anguleux) : ce sont des détails mais qui peuvent résolument changer l’allure de ce modèle et qui permettent de le personnaliser à souhait.
  • Son énorme potentiel de déclinaison : vous la voyez la version bi-couleur, avec des poches passepoilées (le prochain en aura, c’est sûr), sans col ni pied de col, avec des petites pattes un peu partout… ? Moi je les vois bien, et toutes !
  • La patte de boutonnage cachée : c’est un détail technique que je voulais tester depuis longtemps et que je trouve très chic, qui donne une allure totalement pap (prêt-à-porter) au modèle. Le manteau est ainsi aussi joli ouvert que fermé.
  • L’encoche au bas des manches : un détail que je n’avais pas repéré en achetant le patron. Il y a des petites encoches au bas des manches. Un détail délicat et à peine visible mais qui donne encore plus de cachet à ce modèle de trench, tout en étant une technique de montage que je n’avais jamais testé.

(c) LouiseD Trench Roger12Les points négatifs de Roger :

AUCUN ! Je répète : AUCUN ! Ce modèle est juste parfait.

sourcing matièresDe la gabardine sable. Comme je vous le disais en intro : j’ai non seulement flashé sur le modèle en lui-même mais aussi sur le modèle de présentation. Comme je voulais exactement le même, j’ai choisi le même tissu pour réaliser ma version : la gabardine sable de chez Cousette ! Une très belle qualité, une couleur magnifique.

La gabardine est un tissu que je n’avais jamais travaillé et particulièrement recommandé pour la confection de manteaux de pluie, comme le trench. Si en français, on dit « gabardine », en anglais, on dit « burberries ». Haha ! Si vous voulez en savoir plus sur ce tissu, je vous engage à lire cet article de Wikipédia, très instructif.

(c) LouiseD Trench Roger10De la doublure assortie. La doublure vient aussi de chez Cousette : la doublure satin Champagne. L’avantage de cette doublure, c’est son épaisseur, sa souplesse et sa relative légèreté. En fait, je crois que je n’aime pas beaucoup les doublures en coton car je trouve qu’elles ne donnent pas assez de tenue aux vestes ou aux manteaux (encore un avis personnel, hein ;)). J’avais peur que celle-ci soit trop épaisse, et donc trop chaude, mais en fait, non : le manteau reste léger et agréable à porter même quand les températures approchent les 20°.

(c) LouiseD Trench Roger11Des boutons bi-couleur. Ultra classiques, trouvés en mercerie, qui se marient parfaitement avec la gabardine sable.

Fil. Du polyester, bien sûr ! Après plusieurs modèles cousus avec ce genre de fil (grâce à vos conseils en janvier), je suis totalement conquise : c’est vraiment ultra résistant, surtout avec les lavages.

RéalisationLa réalisation s’est plutôt bien passée. Il faut dire que j’ai particulièrement pris mon temps et soigné les finitions.

Le seul « vrai » problème que j’ai rencontré, c’est avec le tissu : naïvement, je pensais que cela se cousait facilement, la gabardine. Que nenni ! Cela se coud vraiment comme du jeans. C’est relativement épais et pour celle-ci, après avoir cassé deux aiguilles 70, je suis passée aux aiguilles 90 ! A certains endroits, notamment au col, il y a plusieurs épaisseurs de tissus et j’ai trouvé difficile de faire des finitions absolument parfaites.

(c) LouiseD Trench Roger13Pour la boutonnière sur le pied de col, j’ai eu un problème : il y a plusieurs épaisseurs, dont certaines thermocollées (en plus !!) et la machine « bute » sur ces épaisseurs lorsqu’elle fait la boutonnière. Du coup, impossible de faire une boutonnière de col digne de ce nom. Ça a fini en gros c*** rattrapage comme on peut, à la main. Heureusement que cela ne se voit pas trop. J’ai aussi rencontré ce type de problème avec le Ginger (au niveau de la boutonnière de la ceinture). Avez-vous une solution ? Faut-il vraiment beaucoup cranté au niveau du bas du pied de col ? Habituellement, je ne dégarnis que l’angle mais peut-être n’est-ce pas suffisant ?

(c) LouiseD Trench Roger République du chiffonPour les explications fournies avec le patron :

  • Pour les 3 points un peu plus ardus (la patte de boutonnage cachée, le col et les encoches en bas des manches), il faut vraiment se laisser porter. Rien de très compliqué, il faut juste suivre les indications du livret. Les schémas permettent de voir où l’on va. Pour la patte de boutonnage cachée, j’ai refait une surpiqûre à l’intérieur pour qu’elle se maintienne bien à l’intérieur et j’ai tracé au stylo friction au préalable la couture extérieure pour qu’elle soit super droite et obtenir un bel arrondi.

Pour ce qui est du montage de la doublure, il faut consulter le pas à pas de la veste Michelle, disponible sur le site de République du chiffon ici. En suivant, les instructions, vous ne devriez pas rencontrer de problèmes. (c) LouiseD Trench Roger14En revanche, comme indiqué dans l’introduction de cette article, il y a deux petites pétouilles :

  • Plan de coupe. Il manque dans le livret : la page est blanche. Rien de très grave, cela dit ! Je suis une warrior de l’optimisation des plans des coupe donc cela ne me dérange pas trop.
  • Col et pied de col. Sur la planche de patron, il n’est pas indiqué s’il faut couper le col et le pied de col au pli ou en deux morceaux. Du coup, j’ai coupé ces deux pièces au pli et cela tombait bien.

Je vais faire un mail à Géraldine, la créatrice de République du Chiffon pour que cela soit corrigé sur les prochaines versions imprimées du patron.

recapAussitôt la dernière couture réalisée et le dernier coup de fer passé, ce trench est devenu une valeur sûre de mon vestiaire et a été régulièrement porté depuis le début du mois de mai. Celles qui me suivent sur Instagram en ont fait les frais : elles doivent supporter une photo quotidienne avec mon nouveau Roger à l’occasion du #MeMadeMay 2015 ! Désolée, mais je ne veux plus le quitter et promis, j’arrête de vous embêter avec ça  le week-end prochain.

Plaisir à coudre (5/5) : de la belle et bonne couture que ce modèle, un chouette patron comme on les aime, avec en plus la satisfaction d’avoir accompli une belle pièce, utile et durable. Bref, que du bon.

Plaisir à porter (5/5) : Roger est le modèle idéal de la mi-saison et il va avec absolument tout. Roger répond à toutes mes attentes et mes besoins. Roger est le parfait remplaçant de mon trench Comptoir. Roger va vite devenir un indispensable de mon vestiaire.

Finances (5/5) : 47,34€ pour la gabardine sable, la doublure champagne et les frais d’expédition en Suisse + 15€ de patron (patron pochette uniquement) + 12€ environ de fil, de thermocollant et de boutons = 74,34€ au total, ce qui reste un prix relativement raisonnable pour ce type de pièce que l’on garde des années.

Je vous souhaite un très bon week-end de la Pentecôte. Moi, je me casse à Saint-Moritz avec mon fiancé (et oui, on ne se refuse rien !). Rendez-vous très vite pour d’autres réalisations couture !

Couturement vôtre,
LouiseD

 (c) LouiseD Trench Roger09

 

 

 

Publicités

25 réflexions sur “(Veste) #2 My name is Roger…

  1. Ce trench est superbe! Quel boulot… Je suis admirative (pour l’instant j’ai juste réussi à décalquer Michelle…qui attend toujours depuis que j’ai acheté le patron en novembre 2014…alors Roger…).
    Sinon malgré les épaisseurs je trouve que tes boutonnières sont plutôt réussies… (J’avais eu un problème similaire avec la réalisation d’un manteau en lainage pour ma puce).
    En tout cas une très jolie réalisation! Bravo!

    J'aime

    • Ah oui, ce sont des « gros » projets les vestes et les manteaux. Mais on est tellement heureuses quand on a terminé ! Les boutonnières de la patte de boutonnage sont plutôt réussies, c’est vraiment celle du col (je n’ai pas fait de zoom dessus, c’était trop moche) que je n’arrive pas à bien réussir à chaque fois ! Merci en tout cas pour ton gentil commentaire ! A très vite, bises

      J'aime

  2. Hello Louise !
    Un seul mot … SUBLIME !! Il m’en faut un ! Je crois que je vais craquer sur ce joli patron aussi ! Je suis trop admirative de tes cousettes ! ça me donne à chaque fois envie de me ruer sur ma Mac ! ^_^
    Et puis, tu as bien raison de partir en we d’amoureux ! Nous aussi on profite de ce grand we pour s’évader ! À bientôt ! Bises d’Yverdon ! Caroline.

    J'aime

  3. Ahhh il va faire chavirer des coeurs ton Roger ! Pas de doute, surveille-le 😉
    Ton article m’a bien fait rire car je me suis tout à fait reconnue dans la personne de l’étudiante fauchée MAIS consumériste qui n’hésite donc pas à vivre à découvert. Heureusement, je ne fais pas de réserve de tissus car j’ai trop peur de ne plus avoir envie de les coudre après. La couture a donc atténué un peu ce vilain travers.
    Sinon j’ai moi aussi mon trench comptoir des cotonniers fétiche, qui a 8 ans et que je vénère. Je fais bientôt un vide grenier et je m’étais décidée à m’en séparer. Que nenni, je l’ai ressorti du carton quelques jours plus tard car je n’y arrive pas. Il faudrait peut-être que moi aussi j’envisage d’avoir mon Roger.
    Enfin bref, merci pour ton article qui donne la pêche ! Bon week-end 🙂

    J'aime

    • Ah oui, les trenchs comptoir, difficile de s’en séparer. bon, le mien ne vaudrait pas une cacahouète en vide-grenier : il est vraiment trop abîmé. j’en ai racheté un autre à une copine quelques années après, plus kaki, mais rien à faire, il n’a pas remplacé mon sable chouchou… je le garde pour le moment, et je verrais plus tard si je m’en débarrasse ou pas. Même avec Roger, je crois que je vais avoir du mal… A très vite ! Bises, LouiseD

      J'aime

  4. Et bien quel article enthousiaste! Mais il le vaut bien ton roger, il est superbe et te va tres bien. et j’ai bien aimé ton intro sur ton trench comptoir, c’est sympa quand la cousette a une ‘histoire’. merci pour tous les details que tu donnes! De mon coté jai totalement craqué sur la version noire a la sortie du patron, mais je ne l’ai pas acheté et ce sera plutot pour l’automne (peut-etre!). Par contre je n’ai pas resisté a ta myrcella, la seule version dans laquelle je me vois mais je m’y vois tellement que je viens d’acheter le patron, ce sera peut-etre ma premiere chemise! Allez, tres bon weekend de pentecote a tous les deux!

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire. Le Roger noir était joli aussi, c’est vrai. l’avantage de ce type de modèle, c’est sont hyperadaptabilité à différents tissus, à différentes saisons. J’aime tellement ça dans un patron. La myrcella est top et parfaite pour une première chemise. Elle n’est pas très compliqué à réaliser et pourtant l’effet chemise est bien là. Je suis en train d’écrire la review qui devrait paraître en ce début de semaine, j’espère ! Bonne fin de soirée, bises

      J'aime

  5. Mais il est juste magnifique !! Déjà sur Instagram, il rendait bien avec tout … mais en détail comme ça il est encore plus beau !!!! C’est chouette que tu aies pu trouver ton remplaçant du Comptoir, et oui, la gabardine beige, pour un trench, c’est un must !! Magnifique réalisation !!!

    J'aime

  6. Il est canon !! Tes finitions sont superbes, on a vraiment l’impression que c’est du pap 😉 Je ne savais pas qu’il y avait des variations pour ce modèle, j’irai les voir par curiosité. Ta version est intemporelle et tu as eu raison de rester sur une couleur sable, je comprends que tu la sortes tous les jours ^^

    J'aime

  7. Magnifique !! C’est que je vais finir par l’aimer ce Roger … Les petits détails sont charmants et lui donnent un vrai potentiel … à méditer !! J’adore cette couleur, pour le printemps c’est extra … Je crante vraiment tout l’arrondi pour le pied de col et je ne fais une boutonnière que si j’y suis Vraiment obligée !! En général je m’en passe. .. Car c’est jamais parfait …
    Bon weekend !

    J'aime

    • ça me rassure que ce soit la même chose pour toi, la boutonnière du col… Bon, moi j’aime bien quand même fermer mes manteaux et chemises jusqu’en haut, donc généralement, je les fais. Mais c’est également jamais parfait ! Merci pour ton commentaire. Bonne fin de soirée !

      J'aime

  8. Ouaaah! Super beau! Je louchais sur ce patron depuis sa sortie mais là tu m’as vraiment convaincue! Ta réalisation est superbe et te va super bien…aussi bien que le « comptoir » (et oui, je m’en souviens…;-))

    J'aime

  9. Pingback: Waver Jacket nuit tropicale | Woot ! Helmut !

N'hésitez pas à commenter, je ne manquerais pas de vous répondre !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s