#jesuischarlie

Chers amis,

Aujourd’hui, c’est le deuxième vendredi de l’année et je voulais vous écrire ma chronique #FridayWear pour vous présenter mes voeux 2015, ma rétrospective 2014 et vous faire part de mon blabla habituel.

Mais les événements de mercredi à Paris sont venus chambouler mon planning. Depuis mercredi après-midi, je suis emplie d’une immense tristesse, mais aussi d’une très grande colère devant l’horreur, la barbarie et l’obscurantisme. Je suis encore sous le choc et j’ai un mal fou à me concentrer. Je n’arrive pas à avoir suffisamment d’attention pour écrire cette chronique correctement et sereinement. J’espère que vous pardonnerez pour ce rendez-vous manqué aujourd’hui. Je vous donne rendez-vous vendredi prochain pour une nouvelle édition de #FridayWear.

Très bon week-end.

LouiseD

 

Publicités

(Chemise) #3 Caroline Ingalls, sors de ce corps !

 Préambule

J‘étais en train de finir d’écrire cet article quand c’est arrivé. Aujourd’hui, mon pays, la démocratie et la liberté d’expression ont été touchés en plein coeur. Cet acte indigne, barbare et meurtrier m’emplit d’une immense tristesse. Je suis là derrière mon écran, à 700 km de « chez moi », à lire, pétrifiée, les comptes-rendus de cette tuerie abominable chez Charlie Hebdo. Pour des raisons évidentes, je ne pourrais me rendre place de la République tout à l’heure pour me joindre au rassemblement, mais j’y serai en pensée. La liberté d’expression est l’une des valeurs qui m’est la plus chère. L’attaquer, c’est me toucher en plein coeur. Du coup, je me suis interrogée sur la publication de cet article d’une extrême futilité face à tant d’horreur et de barbarie. Mais finalement, je me dis qu’il ne faut pas se taire au contraire, mais parler, continuer à publier, écrire, dire ce que l’on pense, échanger, partager. Du coup, je maintiens la publication de cet article. Cela me donne l’occasion d’adresser mes messages de soutien aux familles des victimes, à la rédaction de Charlie Hebdo mais aussi de rendre un hommage à ces journalistes et ces caricaturistes qui risquent leur vie pour la liberté.

#jesuischarlie

———————————————————————-

JOHANNA REPUBLIQUE DU CHIFFON 1

Tatala, tatatala…Tatala, tatatala…Tatala, tatatala…Tatala, tatatala…Tatala, tatatala…

Vous reconnaissez ? Non ? Mais enfin, c’est le générique de la Petite maison dans la prairie !

Cette série a bercé ma jeunesse. Je la regardais tous les midis chez ma Mamie en vacances en Bretagne en mangeant mes coquillettes jambon. Dès que j’ai commencé à coudre ma chemise Johanna, je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à cette série et à ses personnages emblématiques.

Johanna, c’est la chemise de la dernière collection « Automne » de République du chiffon. Avec le trench Roger (que j’ai mis à l’ordre du jour de mes cousettes du printemps), c’est l’un de mes deux coups de coeur de cette collection de jolis patrons.

La description du modèle nous explique que « Johanna est une chemise structurée et ajustée. Esprit cow-girl, avec ses empiècements devant et dos, elle permet une multitude de variation et son petit col arrondi la féminise. Un modèle à décliner à l’infini pour toutes les occasions. »

Je n’arrive plus bien à me rappeler comment c’est arrivé mais avec ce tissu à rayures rose-orange et ce brin de dentelle, j’ai joué le jeu « cow-girl » plus qu’à fond ! Et le plus surprenant dans l’histoire, c’est que je suis ravie du résultat…

Lire la suite

#FridayWear #5

Bonjour à tous et à toutes !

Nous sommes vendredi et il est temps de retrouver un nouveau numéro de ma chronique #FridayWear que je vous prépare avec plaisir un vendredi sur deux. Et plus, ça tombe bien, c’est l’heure du café 🙂

Il est un peu particulier pour moi ce #FridayWear car sa date de publication coïncide avec… mon anniversaire ! Ce n’était absolument pas voulu, mais voilà c’est comme ça. Aujourd’hui, c’est le #FridayWear #5 et j’ai 35 ans. Ce numéro est aussi spécial car c’est le dernier numéro de l’année 2014 ! La Parisienne en Helvétie prendra dès demain ses quartiers de Noël dans la capitale française pour 2 semaines de vacances et aura le plaisir de vous retrouver, fraîche et dispo dès le début de l’année 2015. Encore un 5, décidément…

EN RÉSUMÉ

Moi qui pensait naïvement qu’à l’approche de Noël et après un automne chargé en nouveautés, nos créatrices allaient se reposer et attendre l’année prochaine pour publier leurs nouveaux patrons, que nenni ! Des nouveautés, il y a en a eu pas mal encore depuis 2 semaines et que du beau encore une fois… Pour conjurer un échec couture, je me suis laissée embarquée dans un patron maison et j’ai pondu en une demi-journée une tunique pas trop mal. J’ai (presque) fini mes cadeaux de Noël handmade. J’ai des amis suisses formidables et j’ai déjà été gâté pour mon anniv avec des cadeaux de circonstances ! Et sinon, j’ai beaucoup écrit, lu et écouté la radio ces deux dernières semaines. Revue de détails de mes petites (re)découvertes en fin de chronique. Lire la suite

(Blouse) #4 Une Airelle à col brodé

BLOUSE AIRELLE DEER&DOE 1

Depuis mon essai de broderie au crochet de Luneville sur ma robe Lucie de République du Chiffon (articles ici, ici et ici) cet été, je mourrais d’envie de recommencer. L’idée de broder le col de la blouse Airelle de Deer & Doe ne s’est pas imposée tout de suite. Avant d’en arriver là, je suis passée par diverses phases, une suite de petites choses et d’inspirations diverses. Je vous raconte ?

Lire la suite

(Chemise) #2 Bruyère, ma pref’ !

BRUYERE D&D 1

 Bruyère, je t’aime.

Tu es vraiment sympa avec moi car tu mets en valeur mes points forts tout en cachant mes défauts.

Tu allonges ma silhouette, et grâce à toi, j’ai l’impression d’avoir de longues jambes et la taille toute fine.

Tu es super confortable à porter.

Tu as su te marier avec les pièces maîtresses de mon vestiaire (jeans, leggings, bottes cavalières, baskets , sweats, sweaters, gilets…).

Tu es probablement le modèle cousu que j’ai le plus porté de toute ma vie.

Tu es définitivement mon patron préféré de cet automne-hiver 2014.

Dommage que tu sois si longue à réaliser car je t’aurais bien cousu plein de copines pour batifoler dans le placard.

Lire la suite

#FridayWear #4

Avec une semaine de retard pour cause d’examen vendredi dernier, voici le nouveau numéro de #FridayWear ! Rappel sur le principe de cette chronique (normalement) bimensuelle : un concentré personnel complètement blabla et totalement subjectif de mes lectures, découvertes, coups de coeur, inspirations et en-cours, histoire de blabater et d’échanger les dernières news avec vous. Voici le numéro 4.

♥ EN RESUMÉ ♥

Depuis 3 semaines, il s’en est passé des choses, tellement que je ne sais pas par où commencer ! Nos créatrices continuent de nous proposer de nouveaux patrons couture et de chouettes modèles de tricot. Verte de jalousie de ne pas avoir pu me rendre au salon CSF fin novembre, j’ai failli me désinscrire d’Instagram devant la déferlante de photos hastaguées #csf2014. Colette Patterns se lance dans une expérience intéressante de magazine couture online. J’ai enfin regardé le documentaire de Loïc Prigent sur le dernier défilé d’Yves Saint-Laurent. J’ai commencé à tricoter mes cadeaux de Noël (il était plus que temps). Depuis, que j’ai plus ou moins deviné que j’allais avoir une nouvelle machine à coudre pour mon anniversaire (le 19/12) et Noël, je boude ma vieille bécane et mes projets couture avancent à tous tous petits pas. J’ai reçu mon magnifique Twist Mustard d’Atelier Brunette dont je ne sais pas quoi faire tellement il est beau. J’ai lâché l’une de mes BIG news 2015 sur Instagram. J’ai cousu par procuration en admirant les jolies réalisations des unes et des autres. Bref, trois semaines en dispersion totale ! Lire la suite

(Inventaire) Le Beanie du boyfriend

Suite au dernier numéro de #FridayWear, vous avez été quelques unes à me donner des idées de modèles de bonnets pour hommes à tricoter et je vous en remercie. Des modèles à la fois simples, sans torsades et masculins. Du coup, cela m’a donné envie de créer une nouvelle rubrique sur le blog : Inventaire. Y seront rassemblés des patrons sur un même thème, de temps à autre, au fil des envies et des inspirations. Voici l’inventaire « Le Beanie du boyfriend ».

—–

Le beanie du boyfriend1. Le Turn a square de Jared Flood (The Jared, celui de Brooklyn Tweed ;)), tricoté en 4,5 mm. Modèle gratuit. 2. Le Graham de Jennifer Adams, tricoté en 4 et 5 mm. Modèle gratuit. 3. Le Brig de Veronik Avery pour Brooklyn Tweed tricoté en 4 et 4,5 mm. Modèle payant, vendu avec le patron de l’écharpe assortie à 6,5$. 4. Le bien nommé Boyfriend hat de purlbee.com, tricoté en 3,75 (US #3). Modèle gratuit.

—–

Bon tricot !

LouiseD

(Veste) #1 Ah, Michelle…

MICHELLE08

Michelle aura été un processus long, un accouchement difficile, le genre de projets qui ne va pas de soi.

Réflexions, allers et retours, doutes, idées avortées… J’aurais à peu près tout vécu avec ce modèle phare de la première collection de patrons pochettes de République du chiffon.

J’ai commandé le patron presque à sa sortie en avril ou mai avec la ferme intention de le coudre maintenant, tout de suite. Ensuite, je me suis laissée débordée par d’autres projets couture-broderie, trouvant toujours une bonne excuse pour reléguer Michelle à plus tard. Malgré les jolies versions que je voyais défiler sur la Toile, j’avais du mal à m’y coller. J’avais plusieurs idées pour faire de Michelle une veste vraiment unique (en appliquant une broderie sur les poches notamment) mais au fur et à mesure, Michelle a commencé à me faire peur. Cette coupe m’irait-elle bien ? Est-elle adaptée à ma morphologie ? En voyant les versions des unes et des autres, j’ai l’impression que Michelle mettait parfaitement en valeur les silhouettes fines et longilignes, mais quant était-il des silhouettes plus généreuses ? J’étais assaillie d’une série de questions stériles et inhibantes qui ne faisaient pas avancer le schmilblick.

En septembre, dans le cadre de ma démarche « bonnes résolutions » / « je sors de ma zone de confort », j’ai remis Michelle sur le haut de la pile. On arrête de se prendre la tête, on y va, on y va.

Je me suis attaquée à la toile, toujours emplie de mes 1001 réflexions à la noix, et Clo’s s’est lancée au même moment dans l’aventure Michelle. Avec son 46, elle m’a rassurée sur le fait que Michelle pouvait tout à fait se marier avec les formes. J’ai arrêté de me poser des questions et j’ai foncé.

Lire la suite

#FridayWear #3

On serait pas vendredi aujourd’hui ?

Mais si !

Le temps de se poser 5 minutes, de prendre un petit café, de sentir l’air du temps. Le temps de retrouver #FridayWear, ma chronique complètement blabla et hyper bavarde que je vous propose un vendredi sur deux.

Bonne lecture !

♥ EN RÉSUMÉ ♥

En ce morne mois de novembre, nos créatrices francophones, outre-Manche et outre-Atlantique mettent de la couleur dans nos coeurs en nous proposant de jolies nouveautés : quelques patrons (République du chiffon, Yvanne Soufflet, Tilly & the buttons, See Kate sew) et tissu (A nana’s fabric d’Aime Comme Marie). Le salon Création et Savoir Faire approche à grands pas avec son lot d’annonces. Le Sewvember bat son plein sur Instagram. J’ai retrouvé le chemin de la MAC et même essayé pour la première fois de ma vie une surjeteuse. J’ai repéré un défi sympa pour le mois de novembre. Je suis en train de devenir une hystéro du carreau. Je continue tranquillou mes encours tricot, j’ai découvert ma nouvelle laine chouchou et recherché en vain un modèle de bonnet pour homme. Pour finir, comme d’hab, les jolies réalisations marquantes des unes et des autres ! Lire la suite

(Accessoire) #2 Cosy (Slouch), premier bonnet de l’hiver

COSYSLOUCH6

A en croire les magazines féminins, le bonnet est la mode. Ce ne serait plus l’accessoire qu’on revêt seulement pour se protéger du froid ou pour dévaler les pistes de ski, mais un accessoire super méga tendance, le couvre-chef indispensable pour tout hipster qui se respecte.

En toute sincérité, ce n’est ni pour être tendance ni pour ne pas commettre de fashion faux pas que je me suis tricotée ce premier bonnet, pardon beanie, de l’hiver. Oui, parce que si vous voulez être totalement trendy, on ne dis plus « bonnet » mais « beanie« .

Tricoter ce bonnet, oups beanie, j’ai du mal décidément, relève en vérité d’un double combat :

  • un combat contre l’échec,
  • un combat contre les éléments.

Combat contre l’échec. Gonflée à bloc par la réalisation de mon premier pull (mon Il grande favorito, ici) en septembre, je me suis jetée un nouveau défi tricot. Je pouvais mener un projet plutôt long et fastidieux à son terme, je me sentais capable de me lancer dans quelque chose d’encore plus ambitieux : le gilet au point dentelle. Je l’avais repéré de longue date, le Cosy (me) de Nadia Crétin-Léchenne de l’e-book Emmitouflages (disponible sur Ravelry). J’avais lu attentivement l’article de Sandra sur sa réalisation (ici), regardé des vidéos sur Internet pour bien me familiariser avec les jetés et les mailles rabattues, choisi avec attention ma laine avec mon expert laine préféré (les Tricoteurs volants à Paris), rassemblé tout mon matériel, maîtrisé le point dentelle « cosy »… Après 20 cm de tricot, arrivent les diminutions de l’encolure. Enervement, calculs, motivation, détricotage, retricotage, re-énervement, re-calculs, re-motivation, détricotage, retricotage… Des heures et des heures à essayer de comprendre comment concilier le point dentelle et ses foutues diminutions. Il a bien fallu me rendre à l’évidence : malgré tous mes efforts, je n’y arriverais pas.

Bref, bref, bref. On va pas tortiller des fesses, c’était l’échec dans toute sa splendeur. Ce projet était encore un peu complexe pour la tricoteuse encore trop novice que je suis.

Je n’aime pas les échecs et leur arrière-goût amer. Mais cette fois, hors de question d’enterrer le problème comme le cadavre dans son placard, comme j’ai pu le faire si souvent dans le passé (surtout avec les projets tricot). Aujourd’hui, j’analyse mes échecs, je les affronte, je change mon fusil d’épaule, j’essaie de me fixer des objectifs réalistes (Formation, sors de ce corps !!!!). Si je n’arrive pas à faire le gilet, j’arriverais à faire le bonnet. Le Cosy (me) est mort, vive le (Cosy) Slouch !

Combat contre les éléments. Saviez-vous qu’on perd 30% de notre chaleur corporelle par la tête ? Ce n’est pas moi qui le dit, mais un très sérieux article disponible sur le site du Ministère de la Santé (ici). Dès que le froid pointe son nez, on a tendance à couvrir tout de suite la tête de nos enfants : « Mais enfin, mets la cagoule, mon chéri !!!! Ça caille !!! ». Je rappelle que je n’ai pas d’enfants mais j’ai l’impression d’avoir entendu cette phrase des milliers de fois, à tel point que je pourrais l’avoir déjà prononcé moi-même. On oublie en revanche souvent, voir tout le temps, de couvrir les nôtres. Alors qu’il suffit de se coiffer d’un bonnet pour avoir immédiatement moins froid, pour lutter contre les refroidissements et le rhume. Le bonnet, en plus d’être tendance, serait donc bon pour la santé ? Décidement, il est vraiment formidable, cet accessoire !

Deux bonnes raisons d’envisager de me tricoter mon premier bonnet de l’hiver, le joli Cosy (Slouch). Je vous le présente ?

Lire la suite

#FridayWear #2

Un vendredi sur deux, je vous propose un concentré complètement blabla, hyper bavard et totalement #FridayWear d’actus, d’encours, de nouveautés et de jolies réalisations des copines. Voici le numéro 2 de ma chronique #FridayWear.

♥ DEPUIS DEUX SEMAINES ♥

Il y a eu de nouvelles sorties patrons couture (Closet Case Files, Colette, MLM Patrons, Katy & Laney) et tricot (Une poule à petits pas) et aussi des nouveautés chez les éditeurs de tissus (les Trouvailles d’Amandine, Atelier Brunette). J’ai été complètement obsédée par le tricot en réalisant deux bonnets coup sur coup, en commençant un nouveau pull et en participant à mon premier tricot-thé helvétique. Le temps s’est soudain accéléré avec ma formation et deux allers-retours à Paris : j’ai donc assez peu cousu mais j’ai quand même eu un peu de temps pour admirer quelques jolies réalisations des mes consoeurs bloggueuses et instagrameuses. 

Lire la suite

(Robe) #9 Une Aubépine mi-saison

ROBE AUBEPINE9

Je vous ai déjà dit que je kiffe grave les patrons Deer and Doe ?

Non ? Vous êtes sûrs ? Alors c’est que vous êtes nouveaux par ici…

Les lecteurs et lectrices réguliers de ce blog savent que je suis une très très grande fan de cette jolie marque française !

Cela tourne presque à l’obsession mais j’assume totalement ce presque mono-sujet. J’aime les modèles D&D, ses coupes qui mettent en valeur mes formes, les explications toujours limpides, les sew along où j’ai (ré)appris 1001 choses intéressantes, toutes les variations possibles à partir d’un même et seul modèle…

Et bien, je récidive, je rempile, je continue. Après Chardon, Sureau, Plantain, Réglisse, Centaurée, Châtaigne, Datura et Bruyère (outch, cette liste donne le tournis…), c’était au tour d’Aubépine de passer sous mon pied de biche.

Pour tout vous dire, j’ai cousu Aubépine dès le début de septembre, dès mon retour de vacances. Malgré les températures dignes d’un plein été qui ont duré presque jusqu’à mi-octobre, j’étais trop impatiente de commencer à me coudre mon vestiaire d’automne. J’ai même essayé de la porter quelques fois, mais évidemment, j’ai eu bien trop chaud…

Le mois d’octobre se termine avec des températures plus fraîches : je peux renfiler et vous présenter ma jolie Aubépine. Enfin !

Lire la suite

Blablabla : #FridayWear, la nouvelle rubrique bavarde

Ça fait quelque temps que je pense à monter une rubrique « pot-pourri » sur ce blog où je pourrais regrouper à la fois les actus, les tendances, les coups de coeur, les inspirations, des réflexions perso, mes encours…

Et ce pour plusieurs raisons :

>> j’aime lire, découvrir de nouvelles choses, les écrire, les mettre en forme et les partager,

>> j’adore faire ce genre d’exercice de défrichage, de synthèse et de tri pour moi, alors je me suis dis que cela pourrait éventuellement vous intéresser aussi,

>> je suis très bavarde dans la vie mais aujourd’hui je passe une grande partie de mes journées seule à la maison devant mon écran à chercher du travail ou à travailler sur ma formation ou à coudre derrière ma mac ou derrière mes aiguilles à tricoter (plutôt dans le train à vrai dire). Si je parle, c’est souvent à mon chat, Miou Miou, qui a la fâcheuse tendance de répondre uniquement par des ronronnements ou des petits grognements. Et ça, c’est quand elle ne dort pas… Et comme elle dort 20h sur 24… Et surtout le jour, la coquine. Même si je parle à des gens (je vous rassure, quand même), que j’ai souvent mes copines sur Skype et des amis ici, le bavardage quotidien avec les collègues ou les copines de mon ancienne vie me manque. Peut-être même, la vie de bureau me manque-t-elle ? Ce bavardage virtuel pourrait-il être une bonne compensation, une sorte de remède ? On peut pas savoir si on n’essaie pas. Alors, j’essaie !

>> je voudrais conserver et consigner toutes ces infos comme une espèce de journal de bord, de répertoire de liens et d’inspirations en tous genres, de moodboards comme on dit dans mon métier (oh, le joli anglicisme!), ici sur ce blog. C’est finalement beaucoup plus pratique pour les retrouver ensuite, et même plus que Pinterest ou Facebook, où l’image est reine pour l’un, où les actus volatiles caractérisent l’autre. Et puis Instagram, c’est bien mais je ne peux pas donner libre cours à mon blabla.

En résumé, mon objectif avec cette nouvelle rubrique est de vous proposer un concentré personnel de mes lectures, découvertes, coups de coeur et inspirations en conservant dans la mesure du possible une coloration franco-suisse (on va essayer) et de bavarder avec vous. Le meilleur moyen de savoir si ça pouvait tenir la route était encore de me lancer. 

Le nom : #FridayWear, parce que j’imagine cette rubrique un peu comme le café d’après le dej du vendredi avec les collègues où tu blablates de tout et de rien, où tu échanges des infos fraîches et légères, où tu parles moins de boulot et plus de ce que tu vas faire le weekend, parce que le vendredi c’est le jour où tu peux officiellement t’habiller cool et relax, et aussi parce que j’aime bien le vendredi. Je crois que je suis vraiment nostalgique de ma vie de bureau ! – Le rythme : bimensuel (on va essayer et on avisera avec l’expérience) – Le jour de diffusion : le vendredi donc – Le thème : des actus sur la couture, le tricot, la broderie, la mode, les tendances, les bons plans, les coups de coeur, les jolies réalisations des unes et des autres… mais aussi mes encours, mes réflexions. Mon blabla, quoi !

Voici donc le premier numéro de #FridayWear.

Lire la suite

(Pull) #1 Il grande favorito ou comment j’ai (enfin) terminé mon premier pull

Il grande favorito05

Ça fait quelques années que je tricote et je crois que je me débrouille pas trop mal. Mais je me cantonne aux bonnets, aux écharpes, aux snoods, aux mitaines, aux trendy châles… Jamais de pulls, ni de gilets, ni de tops, ni de points dentelles. En fait, aucune pièce difficile et compliquée. Pourtant j’ai de la technique : je sais faire des torsades, des augmentations, des diminutions, des points fantaisies, des rangs raccourcis, mais dès qu’il s’agit d’une pièce qui demande de la concentration, de la patiente, de compter, je me carapate, je fuis, je me mets dans un grand trou ! Et c’est pas faute d’avoir essayer : j’ai commencé plusieurs pulls ou tops mais je ne les ai jamais finis…

Il fallait en finir avec cette spirale internationale de la loose et enfin se fixer le premier objectif tricot de cet automne-hiver : pour affronter mon premier vrai hiver suisse-jurassien, je veux un pull chaud, à ma taille et tricoté de petites mains !!! Bref, je veux finir mon premier pull.

Et aujourd’hui, c’est chose faite. Je suis donc hyper fière de vous présenter mon tout premier pull, mon tout beau Il Grande Favorito, en laine brute bleu marine, bloqué, terminé et déjà porté (et oui, il fait froid dans les montagnes le soir, brrr).

Lire la suite

#lesp’titstutos #1 Custom ta Bruyère Deer&Doe avec des poches plaquées !

Bruyère+pocheEn cousant ma première chemise Bruyère de Deer&Doe, j’ai rajouté deux poches plaquées sur le corsage devant pour la personnaliser (cf. l’article sur le sujet). Alors que le Bruyère sewalong* organisé par Sandra sur son blog touche à sa fin (merci encore Sandra pour ce sewalong de très haut niveau), j’ai eu envie de vous préparer un ptit tuto (mon premier !) et un mini-patron pour partager avec vous la façon dont j’ai procédé pour ajouter des poches plaquées sur le devant de ma Bruyère.

*Et pour vous faire une robe à partir du patron de Bruyère comme la jolie version de Sandra publiée aujourd’hui sur son blog, suivez ses instructions : elle explique tout ici

J’ai été volontairement très détaillée dans la rédaction et j’ai fait de nombreuses photos afin d’être accessible aux plus débutantes d’entre nous. Si vous aussi, vous customisez votre Bruyère avec des poches plaquées grâce à ce tuto, n’hésitez pas à m’envoyer des photos de vos réalisations par mail (louise.debute@gmail.com) : je me ferais un plaisir de les partager ici ou sur ma page Facebook.

—–

En plus de ce post qui contient l’ensemble du tuto, j’ai préparé un PDF avec l’ensemble des textes et des photos pour toutes celles qui préfèrent travailler avec un support off line ou une version papier.

Télécharger le tuto en PDF

—–

Pour l’impression du patron, choisissez le paramètre d’impression « en taille réelle » (sur PC) ou « 100% » (sur Mac). Un carré test se trouve sur le patron. Vérifiez qu’il mesure bien 5 cm X 5 cm avant de décalquer ou découper vos pièces. Le patron des poches se composent de deux morceaux : la poche plaquée et son rabas boutonné.

ATTENTION : contrairement au patron de la chemise Bruyère Deer&Doe, toutes les marges de couture des poches sont de 1 cm. Les pièces sont petites et sont plus simples à travailler avec moins de tissu, donc de marges de couture. 

Télécharger le patron des poches

—–

Pour cette version, je suis partie sur des poches coupées dans le biais. Cela permet de les faire ressortir et de mettre l’accent sur ce détail. Il est tout à fait possible de couper les poches dans le droit fil, mais attention aux raccords si vous utilisez un tissu à carreaux ou à motifs. Une autre possibilité serait de les couper dans un tissu contrastant. Par exemple, si vous utilisez un denim léger (comme celui des Trouvailles d’Amandine utilisé pour le modèle de présentation de la chemise Bruyère sur la boutique Deer&Doe) pour coudre votre Bruyère, vous pouvez tout à fait imaginer des poches coupées dans l’envers du tissu. Lire la suite

(Robe) #8 Malvarosa, la confortable

MALVAROSA1

Et non, on ne parle pas que de Deer&Doe sur ce blog ! Après avoir cousu presque uniquement des modèles D&D depuis ma reprise intensive de la couture au printemps dernier,  j’ai aujourd’hui envie de partir à la découverte d’autres marques de patrons indépendants. Et Pauline Alice fait évidemment partie de la liste…

En quelques modèles (6 pour le moment) et un an d’existence (la marque vient de fêter son premier anniversaire), Pauline Alice a su conquérir toute la blogo. Pas tellement étonnant pour cette créatrice pleine de talents ! On ne compte plus le nombre de robes Cami, de blouses Carme ou de salopettes Turia (faut dire qu’elle est vraiment canon, cette salopette), toutes plus jolies les unes que les autres.

Quand Mlle Lisou a proposé son défi autour des patrons Pauline Alice, j’ai foncé sur l’occasion. Voici donc ma première cousette Pauline Alice : une Malvarosa, très confortable.

Pour découvrir toutes les jolies réalisations du défi Pauline Alice organisé par Mlle Lisou et accessoirement, voter pour ma Malvarosa (en laissant un commentaire en bas de l’article), c’est par ici.

Lire la suite

(Chemise) #1 Thanks God, autumn is coming !

Chemise bruyère07

Il est un temps où l’air se vivifie, où l’arrivée des premiers frimas nous obligent à revêtir une petite laine, un foulard autour du cou, un legging, peut-être même des bottes, où la fraîcheur revenue pourrait presque nous rosir les joues.

Je suis dingue de ces trois mois d’automne qui nous emmènent doucement vers Noël, de sa vivacité qui sort l’esprit de la torpeur estivale, de son effet coup de fouet qui dynamise les sens, de ses couleurs fauves, de ses odeurs de premiers feux de bois, de ses vols d’oiseaux voguant vers le Sud qui parsèment le ciel. J’ai découvert au fil de mes lectures que je n’étais pas seule à apprécier cette saison, n’est-ce pas Anna ?

Vive la team des autumn girls !

Remarque : j’ai rédigé cette introduction avant qu’un gros rhume ne me tombe dessus en deux heures de temps… S’il m’en faut un peu plus pour entamer mon amour pour l’automne, cela m’empêche de profiter tout à fait pleinement de ce début d’automne… Damned !!!

Avec lui, des envies de remplir son armoire de chemises, de sweats, de robes mi-saison, de vestes, de pulls, de pantalons… Enfin, en gros, la liste de mes envies dont je vous ai déjà parlée dans mon précédent article.

Je voudrais inaugurer la présentation de cette garde-robe automnale par une pièce que j’affectionne particulièrement et qui constitue un véritable piveau de ma garde-robe : la chemise. Elle correspond tout à fait à mon style aux touches masculines. Elle se marie parfaitement à mes éternels jeans, gros pulls ou sweats. Elle est confortable. Elle peut être farouchement féminine et élégante. Elle possède tout un tas de détails (poches, boutonnières, cols, pieds de cols, poignets, fentes indéchirables…) super intéressants à travailler. Elle peut être à motifs, à carreaux, ce qui peut être un formidable moyen de progresser dans sa pratique de la couture.

J’en profite d’ailleurs pour adresser toutes mes félicitations aux valeureux candidats de l’émission Cousu main qui passe depuis le début du mois de septembre sur M6. Dans le dernier épisode, les candidats ont relevé le défi de coudre une chemise à motifs en seulement 4 heures : chapeau bas !! Moi, je n’y serais jamais arrivé !

Lire la suite

Mon « September issue » : bonnes résolutions et wish-collection automne-hiver

Photo intro

Dans une ancienne vie, j’aurais été exaspéré par les musiciens du métro qui me braillent leurs airs d’accordéon à 2cm des oreilles, j’aurais été blasée par tous ces reportages sur la rentrée qui envahissent la télévision, la radio, les journaux, j’aurais été un peu stressée à cause de la reprise du boulot, j’aurais intimement su que je n’allais probablement pas lever le pied avant Noël, je me serais acharné à acheter TOUS les magazines féminins de septembre pour découvrir entre deux rendez-vous pro les nouvelles tendances automne-hiver, je me serais forcément posé ces sempiternelles questions : « donc ok, le tartan est de nouveau à la mode cette année… Hum. Mouais. Mais comment je porte ça dans la vraie vie ? Ils veulent vraiment nous faire acheter des trucs pareils ? Ca coûte les yeux de la tête et je suis sûre que je ne rentre même pas mon bras dans la moindre jambe de pantalon… ».

Mais ça, c’était avant.

Aujourd’hui, je contemple par la fenêtre les vignes qui se balancent au vent et jaunissent doucement en attendant les prochaines vendanges, je compte les coups de cloche du temple du village, ha bon, il est déjà trois heures… ?, j’entends par la fenêtre les rires des enfants qui rentrent de l’école, eux qui sont déjà retournés en cours depuis presqu’un mois (le 11 août en ce qui concerne mon canton, le canton de Berne – complètement absurde pour la parisienne et française que je suis) et les derniers ELLE et Grazia se trouvent à plus de 15 minutes de la maison.

Le cadre a changé, le temps a ralenti, le rythme est devenu plus doux et ce n’est déjà plus du tout la rentrée en Suisse. Mais les habitudes ont la vie dure : pour moi, le début du mois de septembre, cela rime avec nouveaux crayons et stylos, nouvelle trousse, nouveaux carnets, bonnes résolutions, nouveaux projets, et évidemment l’incontournable to-do-list longue comme le bras !

Je vous en dis un peu plus ? Lire la suite

(Blouse) #1 #2 #3 Datura + (Short) #1 #2 Châtaigne = mon uniforme estival

COMPOSITE 6

Si juin-juillet-août ont malheureusement rimé avec déceptions et déboires professionnels, ces mois d’été ont été heureusement synonymes d’une grosse activité dans mon atelier couture-broderie. On perd confiance d’un côté, on en reprend de l’autre ! La mac a beaucoup chauffé, à tel point qu’il a même fallu remettre de l’huile dans ses rouages. Depuis le mois de juin, me voici atteinte de couturite compulsive aigüe, une maladie oh combien connue des couturiers et couturières.

L’appareil photo, quant à lui, est resté dans son étui. J’ai beaucoup rechigné à prendre mes vêtements portés en photo au fur et à mesure et à faire des reviews précises sur chacun de projets entamés. Pas assez de soleil, pas une belle lumière, pas le bon décor, pas d’inspiration, j’aime pas ma tête aujourd’hui…

Résultat : de belles cousettes qui s’accumulent in real life, mais un gros retard vite irrattrapable on line.

Cela me semblait néanmoins impossible de mettre les deux pieds dans le plat de la rentrée sans vous dire un mot de ce productif été 2014. Parmi les 20 pièces que je me suis confectionnée depuis le début du mois de juin (cf. liste en fin d’article), deux modèles sont particulièrement ressortis du lot et été régulièrement portés tout au long de l’été : la blouse Datura et le short Châtaigne. Que ce soit deux modèles phares de la marque française de patrons indie Deer & Doe, cela ne vous surprendra point venant de ma part. Eléonore, sa créatrice, a le don pour penser des modèles facilement déclinables, simples à réaliser avec des coupes parfaites pour ma morphologie (un bon 42 du commerce, avec un bonnet D). Pour chacun de mes projets D&D, ce n’est pas 1, mais 2 voire 3 pièces que je souhaite réaliser avec le même patron ! Petit à petit, je suis en train de me confectionner une véritable garde robe D&D : pour ceux et celles qui me suivent sur Instagram, j’ai même mis en place un hachtag spécifique #unegarderobedeeranddoe (FR) #adeeranddoewardrobe (EN) pour suivre toutes les publications à ce sujet.

Datura et Châtaigne n’ont pas dérogé à la règle : cet été, j’ai donc réalisé 3 Datura et 2 Châtaigne, que j’ai souvent porté ensemble, constituant un véritable uniforme estival. Pour compléter cette panoplie, quoi de mieux qu’un tote bag fait main, dont je vous parlerais également en fin d’article. Pour prendre en photo tout ce petit monde, j’ai profité de mes vacances et des magnifiques paysages parcourus d’un bout à l’autre de la France (l’île de Ré, La Rochelle, le Beaujolais, la Drôme, Arles, la Camargue). Voici donc quelques composites vacances / cousettes en guise de présentation.  Lire la suite

(Robe) #7 Lucie brodée, portée

Robe Lucie brodée portée07

Elle ne prévient pas, elle arrive comme ça, sans crier gare.

Tu ne te doutes de rien en t’emmitouflant dans le moelleux de la couette et en posant ta tête dans le creux d’une épaule douce et chaude, à l’heure où il est raisonnable d’aller dormir.

Elle attend son heure, embusquée dans les recoins de la nuit.

Elle, c’est cette garce d’insomnie.

Les coups de l’horloge du village s’accumulent, et de un, et de deux… Vais-je attendre les trois coups en me retournant dans mon lit et en essayant vainement de fermer l’oeil ? Avec l’âge, j’ai appris à ne plus résister, à laisser tomber les essais infructueux de respirations yogiques, de détente des chakras et autres relaxations de l’esprit. Quand on arrive pas à dormir, il faut faire quelque chose.

Ma solution, c’est d’écrire ce billet et de vous présenter ma belle Lucie brodée, portée, comme promis.

Lire la suite